Alibi-RPG
COUCOU ! =D

Sur Alibi-RPG, tu peux créer un personnage parmi 4 époques différentes, et tu peux même avoir des pouvoirs et un métier ! Pour t'inscrire et pouvoir jouer avec les autres membres, c'est super simple : va lire le guide du forum !

On espère bientôt de compter parmi nous <3

Alibi-RPG

Coucou Invité, viens donc t'inscrire ! Nous aimons à peine croquer la chair...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Filez-moi un cookie et rendez-moi ma canne ! (Archibald Wooden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Filez-moi un cookie et rendez-moi ma canne ! (Archibald Wooden)   Dim 14 Déc - 15:38


Archibald Wooden

Nom  :

Wooden

Prénom(s) :

Archibald Alistair Éloi

Epoque / Région :

Lumières et Industrie

Age :

On ne me demande pas ça.

Date de naissance.

Le 11 novembre. Point.

Animal préféré :

Le hibou

A peur :

De la mort, des règles en métal et des draps.

Aime  :

 Les cookies. Ah, et je suis rosutiphiliste, c'est-à-dire que je collectionne les arrosoirs.

Déteste  :

 Vous, avec vos questions ! Je suis un sociopathe, et fier de l'être ! Je ne supporte pas les gens curieux. J'aime lorsqu'on me laisse tranquille...


What happened in his life ?
My past had hurt me, but this suffering made me stronger. ~
zZz... zZz.... Hein ? Ah, vous êtes qui ?! Sortez de chez moi ! Quoi, vous voulez que je vous raconte ma vie ? Hors de question, je ne vous connais pas ! ... Humpf, je vois que vous n'êtes pas du genre à lâcher l'affaire... Bien. Tout a commencé en novembre car oui, je suis né en novembre, le 11 pour être exact. Et ne me demandez pas en quelle année, je ne vous dirai pas !
Bref, donc oui, ma date de naissance... Ah, j'ai grandi dans une famille seul, j'étais fils unique vous savez et c'était pas drôle tous les jours quand mon père rentrait de son travail, excédé, et que j'en faisais les frais... Ma mère était femme au foyer, c'était elle qui m'élevait. Mon père était dans l'administratif : les papiers, les dossiers, ça le connaissait. Son chef était insupportable selon lui, mais il ne se révoltait pas. Il rentrait à 18h42 et me criait dessus, à la place. C'était lui qui me faisait réviser mes leçons tandis que ma mère préparait le repas. Lorsque je faisais une faute, par exemple quand je disais "un" à la place de "le", mon père me frappait les doigts avec une règle en acier. Qu'est-ce que je détestais cela ! Ça fait mal. Je détestais mon père pour cela. Ma mère était maternelle, mais restait pétrifiée face à mon père. C'était le chef de famille, on se devait d'obéir. C'était la dure loi de ma famille, les Wooden.
Un jour, ma mère est tombée enceinte. J'allais avoir un compagnon de jeux, quelqu'un à qui confier mes peines, un acolyte pour faire des farces !
Neuf mois plus tard, ma mère accouchait d'un enfant brun, un garçon qu'on avait appelé Frederick. Malheureusement, quelques jours après, on l'a retrouvé mort dans son lit, étouffé par le tissu en lin qui lui servait de drap de lit. On était en hiver, ma mère avait mis exceptionnellement une couverture à mon frère pour qu'il puisse avoir chaud, mais cela se sait, un enfant avec un tissu trop grand... Mon frère s'est donc tué dans son sommeil. J'ignore comment il a fait, mais je sais que mon père en a voulu à ma mère et il est devenu encore plus dur avec moi.
Les années ont passé. J'avais désormais douze ans je crois, je devenais plus grand, responsable, mature. Un jour, après une course effrénée dans le petit jardin derrière notre maison, j'ai senti une forte douleur dans ma jambe. Je n'en ai parlé à personne, je croyais que c'était une énième crampe. Je n'étais pas du genre à me plaindre non plus. Il s'est avéré par la suite que mon état a empiré : j'avais de plus en plus de mal à marcher. Ma mère l'avait remarqué et en avait fait part à mon père qui assurait que ce n'était rien. Il a cru cela jusqu'au jour où je n'ai pas réussi à sortir de mon lit. On a fait venir un médecin qui a assuré que j'avais une infection dans ma jambe droite et qu'il devait m'opérer, ce qu'il a fait. Au final, j'ai perdu une partie de mon muscle et on m'a annoncé comme ça : "Tu ne marcheras plus comme avant. Tu auras désormais besoin d'une canne pour te mouvoir.". J'ai retenu mes larmes. J'étais un garçon, bientôt un homme, et les hommes ne pleurent pas ! Cependant, je me sentais vieux avant les autres. Ma mobilité était celle d'un vieillard. Cela m'a éloigné des autres gens de mon école. On me posait souvent l'énigme du Sphinx ou alors l'on disait "Ça ne casse pas trois pattes à un canard" en me regardant. C'est pour cela que je n'aime pas les gens. Je ne sais même pas pourquoi je vous raconte tout ça, à vous, pauvre inconnu ! Ah ! mais je suis tellement seul, j'ai besoin de parler. Allons, poursuivons.
Des années après, j'ai décidé de devenir marin. J'ai parcouru les mers, ne revenant que rarement à la maison. C'est en pleine mer que j'ai appris la mort de ma mère suite à une maladie. Mon père est devenu fou, il s'énervait contre lui vu qu'il ne pouvait plus me frapper, moi qui étais loin de la maison. Il a été interné, puis il est décédé. Maintenant, cela fait des années que je vis seul, ayant pris ma retraite depuis belle lurette. Mais pourquoi je dis tout cela ? C'est sans importance. Je n'ai pas perdu que ma jambe dans ma vie : ma tête en a pris un sacré coup.


Objet fétiche :

 La canne !

« Je vais mourir. Donnez-moi un cookie. »

Profession :

Retraité, ancien marin
What does he look like ?
I’m sexy and I know it. ~
Barbe et moustache blanches, cheveux mi-longs immaculés légèrement dégarnis, portant parfois mes petites lunettes rondes sur mon nez plutôt aquilin... Les marmots me prennent souvent pour le Père Noël puis, après avoir vu un aperçu de mon caractère, les plus cultivés me comparent à un héros de conte d'un ancien auteur, le personnage de Scrooge. Enfin, j'en parlerai plus en détails plus tard. Revenons en à mon physique de vieille branche. Je porte souvent un long manteau de velours vert. Ah oui, et je me promène toujours en chaussons. Je n'aime pas les chaussures, ça fait mal aux pieds puis je n'arrive pas à les mettre, ni les chaussettes, ça me casse le dos. Je marche, et ce depuis mon adolescence, avec ma canne. Ah là là ! La seule qui m'ait toujours soutenu d'ailleurs ! Enfin, cela m'a permis d'être plus fort moralement...
Je ne suis pas rondouillard, soyons d'accord. Certes, je ne suis pas un amas de muscles, et je ne l'ai jamais été. Non, je dirais que je suis de corpulence normale, quoique mon corps tombe légèrement en décrépitude. Fichue vieillesse ! Fichu squelette ! Qu'est-ce que ça donnera quand je soufflerai ma... Boh, j'sais même plus mon âge, et je m'en moque, je n'ai jamais fêté mon anniversaire.
En bref, je suis un vieillard banal sur lequel le temps a laissé ses traces...
Really, who is he ?
I have a fuckin’ mind. ~
Comme je le disais... Hum, je disais quoi déjà ? Ah oui ! Les enfants qui me comparent à Scrooge. Oui, eh bien, d'une certaine manière, je ne fête pas mon anniversaire et ni les autres fêtes : Noël, Pâques, Halloween... Je n'aime pas, c'est trop familial, dégoulinant d'amour, niais. Franchement, on peut vivre sans toutes ces foutaises !
Bon, plus sérieusement. Au fil de votre lecture, vous devez sûrement vous dire "Mais ce vieux schnock se plaint tout le temps ! Il n'aime donc rien ?". Eh bien détrompez-vous ! J'adore les mythes, nordiques, bibliques, grecs, peu importe. Quand je suis un peu mélancolique, triste, je ne sombre pas dans l'alcool ou la drogue comme certains, non, moi, je mange des cookies. Chacun son remontant.
Je collectionne depuis quelques années maintenant les arrosoirs. J'ai commencé à les amasser lorsque mon grand-père m'a légué ses trois arrosoirs. A l'intérieur de l'un d'eux se trouvait un message : "Réalise mon rêve Archi', amasse le plus d'arrosoirs possible. Fais-le pour moi.". Vous comprenez maintenant d'où vient cette envie de collecter les arrosoirs.
J'aime bien lire le journal aussi, mais pas les farces. Elles sont nullissimes.
Hum... Que puis-je dire d'autres.... J'apprécie le thé à la menthe et le thé anglais. Je ne bois que de l'eau aussi. En fait, je ne suis pas si difficile... Sauf avec les autres. Je ne les aime pas. Oh, je peux leur parler, mais froidement. Quoi, moi, vieux grincheux ? N'importe quoi ! Pff, les jeunes... Ça pige rien à la vie. Vous verrez quand vous serez vieux, vous... Bah, je ne vous le souhaite quand même pas, la mort arrive bien vite. Je n'ai pas très envie de la croiser, d'ailleurs. Enfin, la pire mort pour moi serait d'être torturé avec des règles en métal et mourir étouffé par un drap. Hmm, profitez de la vie tant que le temps vous le permet.

© Narja - Never-Utopia


Petit "Plus" :
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Filez-moi un cookie et rendez-moi ma canne ! (Archibald Wooden)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alibi-RPG :: Mairie :: Espace d'accueil :: Pré-crées-
Sauter vers: