Alibi-RPG
COUCOU ! =D

Sur Alibi-RPG, tu peux créer un personnage parmi 4 époques différentes, et tu peux même avoir des pouvoirs et un métier ! Pour t'inscrire et pouvoir jouer avec les autres membres, c'est super simple : va lire le guide du forum !

On espère bientôt de compter parmi nous <3

Alibi-RPG

Coucou Invité, viens donc t'inscrire ! Nous aimons à peine croquer la chair...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un Platis parmi les prêtres ! [RE-POST]

Aller en bas 
AuteurMessage
Maximus Platis
Sorcier Antique
avatar

Avertissements : 0
RPG - Inventaire : Canette d'Ice Tea Tropical x1

RPG - Âge : 0

RPG - Emploi : Prêtre

Émeraudes : 197
Messages : 114

MessageSujet: Un Platis parmi les prêtres ! [RE-POST]   Mer 28 Nov - 19:02



PLATIS Maximus

Présentation du membre


 Ton petit nom : //
 T'es né quand ? //
 Tu es d'où ? //
 Ta passion : //

Présentation du personnage


 Pseudo : Maximus Platis
 Âge : 20
 Région (Antique, Médiévale, des Lumières et de l'Industrie, Moderne) : Antique
 Es-tu un sorcier/une sorcière ? Maintenant oui
 Description : Je suis peut-être jeune, mais loin d'être incompétent ! Ce n'est pas pour rien que j'ai choisi la voie de prêtre. Je dois être utile et je le suis d'ailleurs. Puisque c’est moi qui amènerai la paix. Ouais, vous pensez sûrement que je suis trop sûr de moi ou que je ne corresponds pas à l'image du prêtre ? Mais quand on a de la valeur, je ne vois pas en quoi l’assumer devrait nous faire passer pour trop assuré. Quant à mon allure de vulgaire païen sans spiritualité, c’est parce que vous l’êtes vous-mêmes et que vous m’identifiez à vous ! Non, je n'ai pas de calvitie ou les cheveux blancs (et ce serait d'ailleurs regrettable à 20 ans), et oui je ne suis pas coincé, et alors ? Je suis comme vous, mais en mieux ! Vous pouvez le voir à ma mèche blonde qui se pose délicatement sur mon front et à mes éclatants yeux bleus, à mon allure si jeune qu'on croirait que je suis du lycée. Je suis même énergique, et j'ai envie d'avancer, quand vous vous reculez ! Bref, rien ne sert de perdre mon temps à me comparer à vous. Tant que je serai sur Espoir, c'est que j'aurai quelque chose à réaliser. Mes rêves, sans doute, la paix, certainement.
 Histoire : Ouais, je suis né dans une riche famille, tout ça, tout ça. On est assez connus dans la Région Antique. Mes parents ont amassé une fortune colossale grâce au commerce, ils sont propriétaires de 2% de la Région Industrielle pour vous dire... Mais, contrairement aux rumeurs, je n'ai pas vraiment été gâté. Oui, évidement, j'avais quelques avantages, mais j’étais aimé par mes parents et c'est le plus important ! D'ailleurs ils m'aiment toujours, et ils ont de bonnes raisons. Je me dis souvent à ce propos que je ne suis pas né dans cette famille pour rien. C’est vrai, de grandes familles entourent toujours les grandes personnes. Et tant d’amour n’aurait été qu’une perte de temps et d’énergie s’il avait été destiné à un de ces morveux faibles et ratés. Quoi qu'il en soit, j'ai vite réalisé que je devais me rendre utile pour la société, ou plutôt qu’il était urgent que la société me permette de révéler ma juste valeur. Pas seulement pour ma région, mais pour Espoir toute entière ! Alors après avoir emprunté des chemins très distants, j'ai fini par m’engager dans celui de prêtre. Oui, je vois bien votre air dubitatif. Prêtre, ça fait un peu ringard, mais pourquoi en même temps ? Je veux dire, on est des envoyés directs de l’Esprit de la Terre, notre divinité – nous, en personne ; c’est nous qui sommes véritablement les plus grands. La preuve : on a le pouvoir de sacrer les chefs, ça veut dire qu’on est même supérieur aux supérieurs ! Et puis me… mince, je veux sauver ce monde ! Je peux nous faire aboutir à la paix, je le sais. Et c'est la seule voie que je peux emprunter pour arriver à ce but. J’en verrai le bout !
Mais j’avoue que j’ai parfois dû remonter de grandes pentes, avant d’en descendre de plus belles.
Parce qu’avant d’être en fonction, il a fallu prouver que j’avais les épaules pour. Il a fallu le mériter.

« Ah, tu veux être prêtre ? Toi, là, avec tes petits cheveux blonds, ton air prétentieux ? Tu ne sais pas te poser, tu bouges partout inutilement, et tu voudrais faire de ta vie une prière ? Laisse-moi rire. Ah ah ah ! Le petit bourge des Platis qui veut entrer dans les ordres. C’est tellement risible que j’en rirais encore dans une vingtaine d’années !
- Oui, je veux être prêtre, et oui je suis un Platis, et alors ? Il faut être un gueux pour pouvoir bénir de le pain du matin ? Les gueux ce sont ceux qui le
mangent ! »

À ce moment-là, l’évêque me donna ma première gifle.

« Merdeux. Tu es un petit merdeux insupportable. Jamais tu ne seras digne d’exercer la fonction sacrée. »

J’ai retenu mes larmes et j’ai soutenu le regard.

« C’est pour ne plus être ce merdeux que je regarde vers les cieux. »

J’ai vu que j’avais touché juste. L’évêque, après cinq minutes, m’a dit ces mots que je n’oublierai jamais :

« Tu vas crouler sous le devoir, et la responsabilité. Tu t’apprêtes à vivre un périple digne de l’enfer. Ta formation sera un véritable chemin de croix. Tu vas souvent tomber, et tu seras seul pour te relever. Tout ça, tu le feras par pure générosité, elle seule sera ta motivation. Aucun texte ne devra échapper à ta connaissance, et toute ta connaissance, tu l’oublies dès maintenant. C’est une connaissance de gamin prétentieux. C’est la connaissance qui fait le sage, la vraie, la bonne, celle qu’on sanctifie. La tienne n’est qu’une racine pourrie dont rien ne poussera. Tu apprendras toutes les lois de ce monde. Tu seras digne de ta croyance, et les gens croiront en toi. Et tes croyances actuelles, tu les oublies aussi : si elles étaient justes, alors tu ne serais pas tel que tu es aujourd’hui. Mais malgré tout, et avant tout, n’oublie jamais qui tu es. »

Je baissai la tête et acquiesça.

« Pour commencer, ajuste ta toge. »

J’obtempérai.

« Tu recopieras chaque livre de cette liste entièrement, et tu en apprendras par cœur le résumé, ainsi que les citations que tu jugeras les meilleures. Tu ne parleras pas, tu ne mangeras que du pain, et tu ne boiras que de l’eau. Tu ne te laveras pas. Tu seras un « gueux » plus que personne ne l’a jamais été.
- Combien de temps ? osais-je demander
- Trois mois. »

Ainsi avait parlé l'évêque. Et moi, ne pouvant plus parler, je pris sa liste de livres à recopier. Ou plutôt ses listes... Il y avait 6 pages recto-verso de titres de livres. Et je partis seul en direction d’une petite maison de l’Île du Sud qui m’aura servie de résidence pendant ces trois mois. Personne ne savait où j’allais, ni même n’avait été mis au courant. La dernière chose que je vis avant mon départ fut l'évêque avec son sourire narquois...

La première semaine fut la plus simple de celles qui m’attendaient. J'ai à peine perdu 3 kilos et je commençais tout juste à ne plus supporter mon mutisme. J’ai seulement recopié deux livres, dont je ne connaissais même pas le résumé. Mais la solitude avait déjà commencé à poindre, et ses racines sans le faire paraître s’étaient implantées dans mon esprit.
La deuxième semaine, ma solitude et mon silence étaient comme deux sœurs dans mon cœur. Mais j’étais trop occupé à cette affaire de recopiage pour m’en soucier. J'avais perdu 5 kilos en tout. Mes poignets étaient devenus mes seules armes face au monde, mes seuls vecteurs pour y agir encore, exister.
La troisième semaine, je débutais mon sous-poids et me doigts brûlaient à force d'écrire, tout comme ma langue à force de ne bouger pas. La plume de mon stylo, instrument que je tenais de la Région des Lumières et de l'Industrie, s’était cassée de son travail. Et les jours qui passaient me faisaient tourner la tête, à tel point que je ne savais plus ce qu’ils étaient au juste.
Au premier mois, tout était flou autour de moi. J'avais perdu la notion du temps et du social. J’étais devenu une machine à écrire. Et encore, à recopier. Ma seule conscience était celle de mon écriture. Pas de la mienne, d’une écriture : je n’avais plus d’identité. Mon odeur me prenait le nez, et j’avais remarqué que depuis un certain temps les mouches n’osaient plus elles-mêmes m’approcher. Mais je recopiais. Je recopiais encore.
Au deuxième mois, coupé, occupé à copier, copier, copier, apprendre, apprendre, apprendre chaque jour sans relâche, je sentis une chose. Une chose non de moi, mais du reste. Autour. Je sentis à nouveau ! J'étais rachitique et à deux doigts de m'étrangler avec ma toge, mais cette petite sensation d’être me connectait encore au sens. Tout cela avait un sens.
Je l’appliquais au troisième mois. Pour la première fois, à ce moment-là seulement, je m’intéressais au sens des mots que j’écrivais. Parce que les livres que je copiais alors, j’avais l’impression de les écrire moi-même. En fait, les premiers ouvrages avec lesquels l’évêque m’avait occupé étaient des livres de recettes. Des crêpes, des soupes, j’en avais noté chaque ingrédient. Et au bout de la liste seulement étaient inscrits des œuvres de véritable réflexion, puis enfin de prière. En recopiant tout cela, ça s’imprimait sur moi, puis ça se diffusait en moi. Pour la première fois, dans ma vie, je sentis la vérité du monde, et je m’y insérais à ma juste place.
Lorsque je revins vers l’évêque, respectant toujours mon vœu de silence, je n’osais guère lui adresser la parole. C’est lui qui le fit :

« Tu es bien naïf, Platis ! »

Je ne compris pas ces paroles, et je crois que je ne les comprendrai jamais. Mais c’est ce qu’il me dit après que je retins :

« Mais avant tout, tu es prêtre désormais. »

À ces mots, je voulu pousser un cri retentissant ! – mais ma voix n’ayant plus été sollicitée depuis tant de temps, il me fallu une semaine avant de pouvoir articuler correctement un son. Je ne revis plus jamais l’évêque, car il mourut dans l’année, et qu’il était parti sans gêne aucune, me laissant au sort de ma vie.
Aujourd’hui je vis toujours, et je compte bien continuer, au milieu de tout ce sens que j’ai trouvé, et de tous ces sens qui me nourrissent enfin ! C’est comme si on m’avait branché, comme diraient les Modernes. Je ne crois pas être sage, et je ne sais pas si je le serai un jour. Je sais seulement que j’ai fait tellement d’efforts que je n’ai rien à prouver. Alors je suis comme avant, et c’est peut-être pour ça qu’on ne me prend pas pour un prêtre, et que je n’en suis pas un comme les autres. Pourtant je me demande parfois si un jour quelqu’un percevra cette différence qui se mit à me définir au moment où je trouvais ma voie…
Parallèlement à ma formation dans le clergé, je développais quelques aptitudes magiques, comme c’est souvent le cas lorsqu’on côtoie les puissances surnaturelles. Pour autant j’évite de me définir comme sorcier, parce que je cherche la paix pour l’humanité. Et je sais que c’est moi qui l’apporterai, alors autant masquer les divisions entre les hommes, et ne faire valoir que les différences qui nous rassemblent !

Toi et le forum


 Qu'est-ce que tu penses d'Alibi-RPG ? OOOUHHOUHH BELLA
 Les raisons pour lesquelles tu t'es inscris : Je ne fais que réécrire ma prez ~
 Et, sans indiscrétions, comment as-tu connu ce forum ? Je ne fais que réécrire ma prez ~
 Assemble les mots-clés du Guide Intégral du Foum et écris la phrase obtenue :
 VALIDÉ PAR L'UN DES SEULS À POUVOIR LE FAIRE
 
                                                     



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
[Merci Kate <3 (encore toi! xD)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Édouard Anew
Admin - Homme des Lumières et de l'Industrie
avatar

Avertissements : 0
RPG - Inventaire : Porte-Bonheur (petit chat) x1

RPG - Âge : 32

RPG - Emploi : Chef de la Région des Lumières et de l'Industrie

RPG - Marié(e) ? : Non

RPG - A savoir : - Allergique à la magie: prend un traitement mais peut parfois avoir des accès de folie ou des suites d'éternuements face à un sorcier ou une sorcière.

- Lié à son haut-de-forme: ne JAMAIS lui enlever.

- Très sensible à la politesse.

Émeraudes : 902
Messages : 810

MessageSujet: Re: Un Platis parmi les prêtres ! [RE-POST]   Mer 28 Nov - 19:05

Je notifie le changement de groupe de mon DC qui devient sorcier (pour justifier les pouvoirs qu'il avait déjà depuis la première version de la prez') et j'enlève de l'inventaire le service d'édition de la présentation validée !



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Merci mon petit gnome <3 (Katelyna!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alibi-rpg.forumactif.org
 
Un Platis parmi les prêtres ! [RE-POST]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alibi-RPG :: Mairie :: Espace d'accueil-
Sauter vers: